Olivia O. révèle à quel point l’EP solo est un “regard très intime” dans sa vie en dehors du groupe de la basse-ville

| |



Entre deux enregistrements pour son groupe Lowertown, Olivia O. a trouvé le temps de créer son propre EP solo – “Great Big Nothing” – inspiré par une “année intensément psychologique”, “l’isolement”, un grand pas et des changements de carrière majeurs.

Il se peut que tu saches Olivia O. pour être la moitié de la dream team indépendante Basse-Ville, mais elle raconte sa propre histoire de « passage à l’âge adulte » sur son EP solo Grand grand rien qui est sorti le 10 juin. Il a toutes les caractéristiques d’une telle histoire – passer à l’âge adulte, déménager dans un nouvel endroit, lutter contre “l’isolement”, faire face à “la peur existentielle de vieillir” et globalement faire face à un ” une année intensément psychologique” – qui, selon Olivia, se traduit par une expérience d’écoute lo-fi très “brute et émotionnelle” qu’elle admet “ne se sent pas très polie” et est “brutale sur les bords” à certains moments. Cela donne à l’EP une authenticité de ce que c’est vraiment d’être un jeune de 19 ans dans une nouvelle ville et une nouvelle industrie, qu’un album pop plus soigné n’offre peut-être pas, d’autant plus qu’Olivia a elle-même réalisé l’instrumentation et la production de l’EP. . Pour résumer, c’est un « regard très intime sur ma vie », a déclaré Olivia.

INTEGRER EP ICI

“Quand je faisais ça [EP], J’étais à Londres. Et c’était la première fois que j’aurais aimé vivre seule », a expliqué Olivia à HollywoodLa Vie. La chanteuse n’est pas du Royaume-Uni, voyez-vous : elle vient d’Atlanta, où elle et ses camarades de classe de mathématiques Avsha Weinberg formé un partenariat musical au lycée. Cela a ouvert la voie aux camarades de classe et aux camarades de groupe qui ont signé avec un label, Dirty Hit – basé à Londres – où ils se sont envolés pour enregistrer un EP avec un producteur et ont rencontré toute l’équipe du label. C’était une expérience qui offrait les deux extrêmes de tout le spectre d’aller dans un autre pays ; c’était “vraiment cool, mais aussi vraiment fou”, a déclaré Olivia.

« Juste parce que toute l’année, comme si nous étions, vous savez, COVID et tout ça… Je suis en quelque sorte resté chez moi à Atlanta pendant la majeure partie de cette année jusqu’à ce que nous allions à Londres et c’était comme une expérience complètement différente de tout ce que j’avais eu toute cette année », a-t-elle expliqué. «Et aussi, je suis juste tombé amoureux de la ville. Comme si je voulais définitivement déménager là-bas à un moment donné, mais oui, juste toutes ces nouvelles expériences et comme rencontrer tous ces artistes et comme les gens il y avait… l’une des choses les plus inspirantes et informatives que j’ai eues comme, très, un très long temps. Ouais, c’était comme un grand thème dans beaucoup de ma musique que j’ai écrite après ça.

Olivia O.
[Photo Credit: Avsha Weinberg]

Malgré toutes ces nouvelles opportunités, c’était toujours une “expérience très bouleversante” de faire tout cela “pendant le verrouillage en hiver”, a avoué Olivia, car elle était presque seule. “J’avais vraiment une communication humaine très minimale en dehors de mon compagnon de groupe et de mon photographe… c’était comme l’expérience la plus isolante que j’aie jamais eue… je faisais certainement face à tout cela à l’époque, ce qui était vraiment stressant, ” a admis Olivia. Tout ce temps seul s’est également traduit par beaucoup de temps de réflexion ; Olivia s’est souvenue de s’être assise toute seule pendant « des périodes excessives » au cours desquelles elle s’était enfoncée dans ces « trous » de pensées de lapin.

Ces sentiments d’isolement dans une nouvelle ville se reflètent dans le premier single de l’EP, « All I Want », dans lequel Olivia chante des lignes douces-amères comme « bye bye peace and free will » contre des guitares mélancoliques. La chanson « résume ma compréhension croissante de l’âge adulte à mesure que j’ai déménagé et que j’ai vieilli et que je suis aux prises avec mes sentiments d’isolement et d’inconfort dans un nouvel environnement inconnu », a expliqué Olivia dans le communiqué de presse de la chanson, et a expliqué cette transition de haut l’école à l’âge adulte alors qu’elle discutait des thèmes personnels de son EP avec HollywoodLa Vie.

“J’étais définitivement aux prises avec le fait de vieillir et juste le poids du genre, de l’accès ou simplement de plus de responsabilités qui s’accumulent à mesure que vous aimez l’âge et que vous quittez la maison”, a expliqué Olivia. « Parce que pendant que j’écrivais toute cette musique, je venais de terminer mes études secondaires et je décidais en quelque sorte de ce que je voulais faire de ma vie… Je voulais soit aller à l’université, soit essayer de poursuivre la musique, ce qui était plus risqué. . “

Olivia se sentait également “très existentielle” lors de la création de cet EP. «Ça a juste été une année très, comme, intensément psychologique pour moi, je suppose. Juste beaucoup de grandes questions que je me suis posées, auxquelles je n’avais jamais vraiment pensé auparavant… tout comme la peur existentielle de vieillir, je suppose, ou juste toutes ces nouvelles responsabilités que vous obtenez, comme, en vieillissant et d’autres choses.”

Comme “All I Want”, le reste de l’EP est la musique maussade parfaite à écouter pendant que les fans répondent à leurs propres “grandes questions” et font face à des “insécurités”, auxquelles la chanteuse a dit qu’elle espérait que les gens de son âge pourraient s’identifier en écoutant au nouveau projet. Essentiellement, c’est la bande-son idéale pour les pensées auxquelles vous êtes confronté seul dans votre chambre à minuit, ce qui est logique étant donné qu’Olivia a fait ses débuts dans la musique en bricolant de la pop de chambre sur son ordinateur portable à 14 ans. Alors que le nouvel EP possède toujours cet esprit grunge lo-fi – Olivia a admis avoir écouté du grunge des années 90 et d’autres influences comme Elliott Smith et la vive jeunesse à l’époque – elle a reconnu que l’EP est également un témoignage de la façon dont sa propre production s’est « améliorée » par rapport à ce qu’elle ferait en jouant sur Garageband en tant que jeune adolescente. «C’est juste une sorte de documentation de, comme, ma croissance en tant que producteur et musicien, juste parce que depuis mes premiers trucs jusqu’à maintenant, vous pouvez voir, comme, une grande croissance. Et tout est fait par moi », a souligné Olivia.

Olivia O. avec sa compagne de la Basse-Ville, Avsha Weinberg. [Instagram/@lowrtown]

Pendant que Grand grand rien est sa propre histoire de passage à l’âge adulte à la fois dans le son et les thèmes de l’EP, l’histoire de la façon dont Olivia a rencontré Avsha et a finalement formé la Basse-Ville ensemble ressemble également à un conte que vous pourriez découvrir par vous-même de la section YA de Barnes & Noble. Tout a commencé lorsqu’Olivia a transféré des lycées en deuxième année et a rencontré Avsha par l’intermédiaire du même groupe d’amis « de la musique et des enfants alternatifs », se souvient-elle en riant. C’était un voyage au Canada, cependant, qui a déclenché leurs voyages musicaux ensemble; à ce moment-là, ils étaient “très proches”.

«Et quand nous étions au Canada, nous avons décidé que nous devions simplement former un groupe ensemble, car tous ceux qui faisaient de la musique dans mon école étaient un gars. Et je me sentais très à l’écart. Et c’est ce que je ressentais la plupart du temps », a admis Olivia. « Il y a toujours beaucoup de gars dans ce genre, qui font de la musique et il n’y a pas autant de filles. Et je ne sais pas, je me suis toujours senti vraiment en insécurité, parce que je n’étais pas aussi doué pour jouer de la guitare que les autres et d’autres trucs. Et j’étais comme, ‘Yo, comme, nous devrions juste faire un projet ensemble. Parce que je n’ai jamais fait de musique avec qui que ce soit avant. Et je me sens toujours très peu sûr de moi, comme si personne ne voulait travailler avec moi. Et il m’a dit : ‘Oui, je veux évidemment travailler avec toi… personne ne veut t’approcher parce qu’il est vraiment, genre, intimidé ou quelque chose comme ça.’ Et je me suis dit “D’accord”, alors nous avons fini par faire notre premier album, notre première année de lycée. Et nous sommes devenus vraiment sérieux à ce sujet depuis cela parce que nous avons super bien travaillé ensemble. Et oui, nous avons juste la même éthique de travail, je suppose… nous pouvons juste nous pousser très fort. Et c’est vraiment sympa.

Lowertown sort maintenant un nouveau projet – qu’Olivia et Avsha ont enregistré à Londres – qui sort quelques mois après l’EP solo d’Olivia. Comme Grand grand rien, ce nouveau projet sera différent de leurs précédents efforts de bricolage, étant donné qu’ils sont passés d’un sous-sol à un studio. Dans l’ensemble, de nombreux changements majeurs se produisent dans l’histoire du passage à l’âge adulte d’Olivia. « Donc, je suis vraiment très défoncée », a-t-elle déclaré.

Précédent

La fille de Serena Williams, Olympia, 3 ans, est son mini-moi dans la tenue de tennis de l’Open d’Australie de maman

Valeur nette de Colleen Ballinger, mari, divorce, vie personnelle et biographie

Suivant

Laisser un commentaire

Este sitio web utiliza cookies para que usted tenga la mejor experiencia de usuario. Si continúa navegando está dando su consentimiento para la aceptación de las mencionadas cookies y la aceptación de nuestra política de cookies, pinche el enlace para mayor información.plugin cookies

ACEPTAR
Aviso de cookies